Psychopraticienne, psychothérapie individuelle
Séances sur rendez-vous du lundi au vendredi
7 Square Desaix, 75015 PARIS

La psychogénéalogie

La psychogénéalogie, outil thérapeutique

Histoire de la psychogénéalogie

Les prémices remontent à 1913 avec Sigmund Freud (1856-1939). Il tente d’expliquer la transmission d’inconscient à inconscient avec la notion d’âme collective. Carl Gustav Jung (1875-1961) ouvre la voie d’une approche transgénérationnelle avec sa théorie de l’inconscient collectif (1909).

Les psychanalystes Nicolas Abraham (1919-1975), Maria Torök (1925-1998) et Didier Dumas (1943-2010) développent les théories sur les dynamiques inconscientes de la famille. 

Ensuite, l’approche systémique avec l’école de Palo Alto, mouvement né en 1950 aux Etats-Unis avec Grégory Bateson, met en avant le rôle central de la famille dans les pathologies individuelles. 

Le psychiatre Hongrois Ivan Boszormenyi-Nagy (1920-2007) apporte entre autres le concept de « loyauté invisible familiale ».

Anne Ancelin-Schützenberger (1919-2018), psychologue française, a donné le nom à la psychogénéalogie. Elle travaille notamment avec Carl Rogers, Gregory Bateson et Paul Watzlawick. Son expérience clinique d’accompagnement de malades du cancer lui permet de trouver dans leurs histoires familiales une répétition qu’elle nomme « syndrome de date anniversaire ».

Salomon Sellam (1955-), médecin français, a également publié dans ce domaine.

 

>> A ECOUTER : ce qu’il faut savoir dans l’accompagnement en thérapie avec la psychogénéalogie 

Travail en psychogénéalogie

Concrètement en psychothérapie :

L’être humain est partie intégrante de son histoire familiale. A partir de l'arbre généalogique complété des dates, événements marquants, relations négatives, maladies..., nous pouvons apporter un éclairage sur certains blocages, comportements ou souffrances.

Cet outil permet de prendre conscience des projections sur nous depuis notre conception, des identifications que nous avons intégrées, des répétitions qui se jouent dans nos vies.

Il permet de se distancier par rapport à notre famille, de désidéaliser certaines personnes ou histoires, de comprendre le comportement de certains proches... 

Nous nous sommes construits à partir de transmissions inconscientes (et aussi conscientes), par nos parents et notre entourage et avons intégré et transformé ce matériel inconsciemment, fondant ainsi notre personnalité par le biais d'identifications.

Ces influences extérieures à nous-mêmes ne nous déterminent pas de manière absolue, le travail en psychothérapie permet de faire évoluer notre psychisme grâce à nos propres ressources. 

Je vous propose de vous accompagner à travers votre récit familial pour apporter de la lumière sur ce qui vous a construit et vous libérer par vos propres moyens de ce qui ne vous convient pas.

 

>> Stérilité du couple, famille et moi dans tout cela

>> Ne pas vivre sa vie, la piste du Syndrome du Gisant

"Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants".

- Jean d'Ormesson

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.