PSYCHOPRATICIENNE - psychothérapie individuelle pour adultes & adolescents
Séances sur rendez-vous
Cabinet : 7 Square Desaix - 75015 PARIS
& Visio

Le couple et son cocktail néfaste "séduction - compassion"

22 Sep 2022 Constance Latourrette Relations amoureuses

seduction et compassion dans le couple

En couple, nous expérimentons l’intimité, la vulnérabilité, la complémentarité, la connaissance relativement profonde d’un autre que soi… L’autre, en face de nous, est un véritable miroir qui nous montre, plus ou moins consciemment, où sont encore présentes nos blessures d’enfance non cicatrisées. Il est aussi une occasion de grandir et d’évoluer et permet une expérience de vie passionnante. Je vais développer deux écueils dans lesquels nous pouvons facilement tomber quand nous sommes en couple ou quand nous cherchons à rencontrer quelqu’un et qui ne conduisent pas à un amour équilibré, sain, dynamisant pour les deux partenaires. Il s’agit de la séduction et de la compassion.

Quand la séduction vise à accaparer l’autre

La séduction fait partie du jeu, surtout au début d’une relation. Elle vise à capter l’attention de l’autre et selon les objectifs divers et variés, elle est utilisée assez naturellement pour plaire, se sentir appréciés, voire amener l’autre à une relation sexuelle. Elle est définie par : "une manipulation visant à obtenir une faveur, donner une image avantageuse de soi ou susciter délibérément une émotion, une admiration, une attraction, voire un sentiment amoureux de la part d’un ou de plusieurs individus". Elle est très incarnée quand nous sommes face à quelqu’un que nous voulons attirer à nous, mais elle existe également de manière désincarnée à travers les écrans sur les sites de rencontres par exemple. Ces lieux virtuels où chaque profil met en avant le plus plaisant de soi, les plus belles photos valorisantes, la meilleure accroche, pour essayer de capter le plus de like possibles. Et si généralement la finalité est de former un couple, certaines personnes sont sur ces sites uniquement pour séduire et se rassurer sur leur sex-appeal et non en vue de rencontrer vraiment et d’apprendre à connaître l’autre gratuitement, sans désir de captation

Même une fois la relation lancée, nous utilisons souvent la séduction à l’intérieur du couple pour tenir l’autre, le maîtriser ou raviver la flamme quand on craint qu’il nous quitte ou qu’il trouve mieux ailleurs. Cela peut servir aussi pour obtenir quelque chose que l’on désire contre sa volonté, ou parfois pour susciter une crise et s’auto-rassurer… En séduisant en dehors du couple, on souhaite rendre l’autre jaloux, en déclenchant chez lui une souffrance pour être sûr d’être aimé de lui. La séduction est en cela un moyen d'emprise sur l’autre.

Aimer l’autre, ce n’est pas vouloir le posséder, le maîtriser ni le garder pour toute une vie bien à côté de soi. Aimer vraiment, et c’est un cheminement de toute une vie, c’est, il me semble, accepter sa liberté, prendre le risque de le perdre, parce que l’autre est libre. C’est renoncer à l’avoir mais être heureux d’être avec lui. L’aimer pour ce qu’il est, sans lui demander l’impossible, de combler le manque affectif que nous connaissons tous.

Quand la compassion est le terreau du couple

La compassion est un "sentiment par lequel un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d’autrui et poussé à y remédier par amour, morale ou éthique". Cela va sûrement parler à beaucoup de "sauveurs en puissance" ! Il est toujours utile de se questionner sur nos motivations profondes à désirer ou à vivre avec telle ou telle personne. Dans beaucoup de relations, le sauvetage n’est jamais très loin, nous nous plaçons dans la compassion vis-à-vis de l'autre, qui n'est pas de l'amour.

Si c’est pour tenter coûte que coûte de le sauver parce qu’il s’auto-détruit ou qu'il est dépressif ou que sa vie est très difficile, si c’est pour aider et se rendre indispensable en attendant plus ou moins inconsciemment en retour la même chose pour soi, si c’est par pitié que l’on ne peut ou veut pas laisser l’autre vivre sa vie, faire ses propres choix… c’est alors la compassion qui motive et dirige le couple et non l'amour et la liberté de chacun.

Une personne venue en consultation avait choisi par compassion son partenaire qui sombrait dans l’auto-destruction. Elle s'était engagée à ses côtés parce qu’elle pensait être la condition de survie de son compagnon, elle se sentait toute-puissante, comme si elle était la seule à pouvoir l’aider, l’apaiser, le consoler, lui donner une raison de vivre... Le chemin de thérapie lui a ouvert les yeux et permis de comprendre qu’en essayant de sauver cet homme, elle tentait de se sauver elle-même de ses propres blessures d’enfance, quand personne ne l’avait aidée à les traverser. En aidant l’autre, et en l’aimant par compassion, elle lui apportait ce que personne n’a su lui apporter, enfant, et inconsciemment, elle espérait que cela la réparerait, elle aussi.

Il faut être libre pour aimer et laisser l'autre libre de nous aimer. Maintenir l’autre sous notre dépendance, en l’aimant par compassion, ce n’est ni bon pour lui, ni bon pour soi-même.

Conclusion...

Le couple est un vrai laboratoire expérimental pour les humains que nous sommes. Il nous faut parfois travailler sur nous-même pour évacuer les mécanismes qui nous empêchent d’aimer librement. Derrière la séduction et la compassion, il y a un désir de posséder et d’utiliser l’autre pour nous rassurer. C’est donc toujours tourné vers soi, vers l’ego qui souffre ; or, l’amour a vocation à être donné et reçu gratuitement et tend à renoncer aux attentes imaginaires et insatiables de chacun.


Articles similaires

Derniers articles

Le couple et son cocktail néfaste "séduction - compassion"

La peur de l'abandon, comment l'appréhender ?

S'autoriser à être soi, sans peur et sans malaise

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.