Psychopraticienne, psychothérapie individuelle
Séances sur rendez-vous du lundi au vendredi
7 Square Desaix, 75015 PARIS

Intégrer le masculin et le féminin en soi

Féminin et masculin

Intégrer le masculin et le féminin en soi

Chaque homme porte une part féminine dans son inconscient et chaque femme une part masculine. La personnalité humaine est plus complexe qu’elle n’y paraît, avançant et se développant grâce et contrainte par des influences souvent inconscientesCette complémentarité masculin-féminin enrichit potentiellement l'individu mais peut, si cet équilibre n’est pas recherché, le desservir dans ses comportements, opinions, relations amoureuses…

Les archétypes sexuels de Carl Gustav Jung

On définit l’archétype comme un symbole primitif, universel, appartenant à l’inconscient collectif (de l'humanité), qui influence et conditionne fortement l’imaginaire. Carl Gustav Jung, psychiatre suisse, a nommé les archétypes sexuels Animus chez la femme et Anima chez l’homme. Dans le processus de développement de l’individu, il encourage à travailler en soi, après l’ombre*, l’équilibre de ces pôles masculin – féminin pour devenir un être complet. L’Anima est la représentation d’une femme unique, source d’humeurs ou de caprices alors que l’Animus est un "collectif, une assemblée de pères ou autres porteurs d’autorité" source d’opinions, préjugés inconscients et a priori.

*Pour éclaircir l’ombre ;-) : il s’agit des traits refoulés et cachés que l’on n’ose pas utiliser dans notre moi parce qu’ils sont incompatibles avec les normes sociales et la personnalité idéale. Assimiler son ombre c’est découvrir que l’on possède des mauvais côtés (et oui…), que l’on ne s’auto-justifie plus en s’excusant ou en accusant l’environnement. A la fin de ce travail, l’individu ne juge plus autrui, devient plus compréhensif et fraternel, s’approfondit lui-même.

Travailler à l’intégration de notre pôle opposé

Dès la naissance, l’homme entre en contact avec des femmes dont sa mère en premier et se fait une représentation du féminin. Il doit accéder à sa propre féminité et donc se libérer de l’empreinte maternelle. La femme se fait une représentation du masculin. Elle doit se libérer de l’empreinte du père. Il est intéressant d’être attentif à l’influence de son Animus ou de son Anima qui perdra alors de son pouvoir de fascination pour offrir au moi l’énergie positive inhérente à ce pôle opposé en nous. 

L’homme travaillant sur lui va développer son pôle féminin, la sensibilité : il devient plus intuitif, se permet de ressentir et d’exprimer des sentiments, des émotions, développe un côté relationnel et sociable, l’écoute, la tendresse… S’il ne l’intègre pas, la féminité excessive prendra la forme de sautes d’humeurs, variations émotionnelles, apparence efféminée...

La femme travaillant sur elle va développer son pôle masculin, la force : la volonté, la façon de réfléchir, de parler, de juger, elle accède à une pensée autonome et elle agit dans le monde. Si elle ne l’intègre pas, l’Animus aura une grande influence sur ses opinions en termes de préjugés, elle voudra toujours avoir le dernier mot, elle pourra avoir l’apparence d’une virago qui cherche à affronter l’homme

L'intérêt pour le couple d'intégrer chacun son pôle opposé

Quand nous sommes en couple nous ne sommes pas deux... (ah ?), nous sommes la femme, l’homme, l'Animus et l'Anima. Ces derniers "mènent la danse des attirances et répulsions". Quand ils ne sont pas intégrés, nous assistons souvent à une guerre enfantine des sexes. Ces images nous font fantasmer et nous aimerions que nos partenaires correspondent à nos idéaux. Le travail est possible en partant des projections que nous dirigeons sur le sexe opposé.

Quel type d’hommes ou de femmes j’aime ? permet de se faire une représentation de notre Anima ou Animus. Quand un homme tombe amoureux non pas d’une femme mais d’un type de femmes, il projette sur cette femme la part féminine en lui et donc il est déçu puisqu'elle ne correspond pas à son idéal. Et pour les femmes c’est pareil. 

Quand l’Animus et l’Anima sont intégrés, l’autre n’est plus "celui qui nous complète dans nos manques" mais un "supplément". La personne ne se perd plus en l’autre, elle peut aimer profondément car elle voit en son/sa partenaire un autre individu lui aussi complet et total.

 

Sources : Vivre à deux, bien communiquer, gérer les conflits – J et C Poujol / N’y a t’il pas d’amour heureux – G. Corneau / Vidéo Jung ou la totalité de l’homme futur.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.